21 mars 2010

CIC, parce que l'être bouge

Vue_terrasse_CuisineAllo,

CIC non pas la banque mais le Centre d'Intervention de Crise de l'association IRIS. J'y ai effectué ma semaine de "training", en binôme avec  Rachid, un psychiatre installé ici depuis 3 ans, très sympa. Le job consiste à évaluer si l'individu est en crise. En premier lieu il s'agit d'une intervention téléphonique et, si besoin, on se déplace dans le milieu (domicile, lieux publics, etc).

Durant ces quelques jours j'ai observé un vocabulaire  professionnel sensiblement différent : "référer" pour orienter, "ventiler" pour vider son sac, "avoir de la misère" pour déprimer,  etc. Et aussi une dynamique d'intervention très "décortiquée". Chaque action est analysée, enregistrée, consignée. Il est important de préciser ici que ces registres, où sont annotés les appels téléphoniques par exemple, servent en partie à justifier les besoins (en personnel, en équipement, etc.) auprès des donateurs, pour que ceux-ci continuent à verser des fonds, qui seront assez largement déductibles de leurs impôts. Idem pour les statistiques (quotidiennes) qui représentent un support indispensable aux demandes de subvention auprès du gouvernement. De prime abord, toutes ces tâches me sont apparues comme un "contrôle" du travail accompli, mais il s'agit d'une pratique courante et inhérente au financement du milieu communautaire (=associatif). Suite au briefing de Rachid, j'interviendrai en solo lundi et jeudi.

Je figure aussi sur une autre liste de rappel, celle d'un centre d'hébergement (St Denis) qui accueille des jeunes de 15 à 20 ans dans une maison d'un quartier résidentiel. C'est chaleureux et plutôt familiale comme ambiance. Ils sont 5 grands ados. Après une soirée de training, j'ai 2 nuits de prévu là-bas la semaine qui arrive, lundi et jeudi aussi ! 4 journées en 2 !

Me voilà donc engagée sur des p'tits bouts de remplacement. Pour une job à temps complet, j'attends une réponse de sentier urbain (cf. lien), avec lesquels j'ai eu une entrevue il y a quelque jours. Une deuxième rencontre est prévue ce mardi avec le directeur. Un projet fort intéressant que je vous détaillerai plus tard... si je suis engagée !

Nous sommes passés à l'heure d'été, les températures se sont envolées cette semaine (jusqu'à 14°), et puis aujourd'hui, il neige! Va comprendre... Mais le printemps est bien là, et les vélos sont de sortie, youpi !

Des bises (photo : vue de la cuisine)

Posté par Caloulepage à 17:51 - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur CIC, parce que l'être bouge

    d'un vocabulaire à l'autre

    une journée au Sénégal çà te dit ? c'est la chance que j'ai eu aujourd'hui, autour des trois étudiants venus d'un autre horizon. Chez eux il fait 35 degrés, ici il pleut, 12°...
    "ligne glacière"... c'est pas la dérive d'un iceberg vers les côtes Mauritaniennes mais une technique de pêche artisanale. Et oui mademoiselle... et c'est quoi le "nérale" ? réponse plus tard... à vous de chercher.
    Je suis rentré à la maison trempé, comme une soupe, faute de parapluie...
    Heureusement que le RER est encore étanche.
    Je poursuis ma recherche sur le développement "endogène" est-ce que tu peux demander aux chercheurs canadiens leurs versions et des références théoriques... merci d'avance..
    Bisous à toi... et puis à tes amies qui font des commentaires...
    Philou

    Posté par Philippe, 25 mars 2010 à 15:00 | | Répondre
  • I understand. I guess. And what's happen when somebody calls you and speaks english only ???
    How to know he his really in crise... Hein ?
    What about that ?
    Joce

    Posté par Joce, 26 mars 2010 à 17:00 | | Répondre
  • ok...

    oh, yess i see what you mean, mmh ...
    I answer : "ok, excuse-me, just a minut, i understand what you mean but i don't speak english very well, ok? So i can give you adress of a center english speaker who propose the same services, or if you want absolutely stay in relation here, one of my colleague will can listen, but only after 5 p.m. So pereaps it's better you call the center bla bla bla..."
    ça c'est dans le meilleur des cas !
    Sinon, j'appelle un collègue du service hébergement (quasiment tous sont bilingues) si je sens que c'est urgent.
    Je suis obligée de faire des efforts en anglais ça c'est sûr et là y a du boulot !

    Posté par Calou, 28 mars 2010 à 22:12 | | Répondre
Nouveau commentaire